Représentation et esthétique populiste : pour une approche renouvelée du populisme

Morgane Belhadi

 

Résumé

Cet article établit un état des lieux du populisme, en explorant les différentes propositions scientifiques et montrant que la notion comporte une pluralité de conceptions.

Nous nous attachons à démontrer que le contexte croissant de médiatisation et de peopolisation couplé à une crise de la représentation, contribuent grandement à l’épanouissement du populisme contemporain. A cet égard, la représentation, tout à la fois politique et visuelle, concept et phénomène opérant, joue un rôle indispensable dans la construction de l’idée de peuple, la relation entre le leader populiste et les représentés, et plus généralement dans la communication populiste et son effectivité.

Enfin, on tentera de définir ce qu’on appelle l’esthétique populiste, ses fondements théoriques et caractéristiques principales, afin de fournir des clés de lecture de la communication  visuelle des partis et leaders populistes, et un éclairage pluridisciplinaire nouveau sur la notion de populisme telle qu’elle s’exprime dans nos sociétés contemporaines.

 

Abstract

This article gives an insight into populism, exploring various academic contributions, and showing that this notion encompasses multiple conceptions.

We try to demonstrate that a context of increasing mediatization and celebritization linked to a crisis of representation are major events which foster the development of contemporary populism. As a matter of fact, the role of representation, both as political and visual, as a concept and an actual phenomenon, is indispensable in the construction of the idea of the people, the relationship between the populist leader and the represented, and more generally within populist communication and its effectiveness.

We eventually define what we call a populist aesthetic, its theoretical grassroots and main characteristics, in order to give new keys for the understanding of populist visual communication and an innovative transdisciplinary approach of the notion of populism as it is experienced in our contemporary societies.

 

Introduction

 

        Le populisme, concept “contesté” (Canovan 1999), “terme vague” (Stanley 2008), “mirage conceptuel” (Taguieff 1997), ou encore terme fourre-tout utilisé pour dénoncer les actions de certains partis et/ou leaders politiques… Tels sont les qualificatifs récurrents choisis pour le désigner, si bien que des auteurs comme Roxborough (Roxborough 1984) ont suggéré de ne plus faire usage de ce mot en tant que catégorie conceptuelle opérante.

        Pourtant, comme le résume justement Ernesto Laclau, “nous savons intuitivement à quoi nous nous référons lorsque nous appelons populiste un mouvement ou une idéologie, mais nous éprouvons la plus grande difficulté à traduire cette intuition en concepts. C’est ce qui a souvent conduit à une sorte de pratique ad hoc : le terme continue d’être employé d’une façon purement allusive, et toute tentative de vérifier sa teneur est abandonnée” (Laclau 2011).

        La présente contribution retrace l’évolution des approches et théories qui ont abordé la notion de populisme. Elle s’attache dans un premier temps à explorer les différentes propositions scientifiques de l’objet populisme, en en montrant les apports et les limites, et à fournir de nouvelles clés de lecture. Plusieurs auteurs qui désormais s’imposent dans la réflexion sur le populisme, provenant traditionnellement de la science politique, la philosophie ou encore la sociologie, ont mis en place des théories, parfois complémentaires mais aussi contradictoires. Deux tendances se dégagent : une qui consiste à dessiner un populisme protéiforme, avec des nuances selon les pays où il a émergé, une autre qui ambitionne d’élaborer une définition générale du populisme valable partout et en tout temps.

        Aujourd’hui, de nouvelles contributions pensent le populisme suivant une vision globalisante et transdisciplinaire, héritée des études sur le style et la psychologie politique, avec en arrière-fond la prise en compte du contexte politique contemporain caractérisé par la montée de la peopolisation et de la médiatisation. Ces travaux issus de disciplines comme les sciences de l’information et de la communication, la linguistique, la psychologie ou même l’iconographie (champ issu de l’histoire de l’art), donnent un éclairage nouveau. Ils portent sur les mutations de la communication politique, et l’impact de celles-ci sur le populisme dans sa dimension à la fois visuelle et médiatique.

        Prenant acte de ces différentes contributions scientifiques témoignant d’une esthétisation générale de la politique actuelle, on cherchera in fine à établir l’existence d’un style, voire même d’une esthétique proprement populiste.

                

  1. Le populisme, un objet insaisissable ?
  1. 1 Les différents prismes de lecture du populisme
Le populisme a tour à tour été vu par le monde académique comme une idéologie, un mouvement, un discours ou encore un “mode d’articulation” indispensable au bon fonctionnement de la démocratie, et plus récemment, comme un style.

 

  • Le populisme… une idéologie ?

        En 1956, Edward Shils (Shils 1956) est le premier à considérer le populisme comme une idéologie, entraînant à sa suite plusieurs chercheurs, à l’instar de Cas Mudde (2004) et Michael Freeden (1996, 1998) qui voient le populisme comme une combinaison de plusieurs idéologies. Freeden définit le populisme de “thin ideology” c’est-à-dire une idéologie de niche centrée sur un nombre restreint de concepts, mêlés aux “thick ideologies” (comme le socialisme, le libéralisme etc.), des idéologies bien implantées.

        Toutefois, selon Benjamin Moffitt (Moffitt 2017), cette démarche est beaucoup trop inclusive et large, le concept de populisme devenant un “catch-all term”, un terme “fourre-tout” ne permettant pas de clarification. En effet, quoi de commun entre des leaders populistes aussi divers que Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Hugo Chavez ou Donald Trump ? Aucun d’eux ne s’est, du reste, jamais réclamé du boulangisme français, des Narodniki en Russie ou du People’s Party américain. Ces trois organisations nées au XIXe siècle, bien distinctes au plan de leurs idées et de leurs ambitions dans les pays où elles se sont implantées, sont pourtant fondatrices du populisme.

 

  • … un mouvement ?

        Le populisme a également été envisagé comme un mouvement, s’inscrivant en opposition au système des partis institutionnalisé, à visée électoraliste et reflet de l’establishment politique. Spontané, innovant, et né de la volonté du peuple, le mode d’organisation des mouvements populistes est variable et évolutif. Il s’expliquerait, selon Guy Hermet, par le refus d’apparaître soumis au jeu électoral classique et le souci de privilégier la “cohésion interne [afin de] transformer [ces organisations populistes] en isolats autosuffisants” (Hermet 2001 : 20). Il semble qu’avec le recul de certains partis “historiques” – en France, le Parti socialiste et Les Républicains –, cette tendance à la création de mouvements plutôt que de partis se généralise, à l’instar de La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon et d’En Marche ! d’Emmanuel Macron – même si la question de savoir si ce dernier incarnerait un populisme du centre mérite d’être posée.

 

  • … un discours ?

        L’approche discursive s’appuie, quant à elle, sur un des aspects centraux du populisme, l’opposition entre le peuple et l’élite, par le biais d’analyses de contenu, c’est-à-dire quantitatives, fondées sur les occurrences de mots et leur portée sémantique. Les résultats obtenus tendraient à prouver qu’il existe des degrés de populisme ; des acteurs politiques dits modérés, à l’instar de Nicolas Sarkozy en France ou de Silvio Berlusconi en Italie, faisant partie du jeu de la politique classique ont ainsi pu adopter des postures ou des attitudes populistes ponctuelles (Ravaz 2009, Charaudeau 2008 notamment).

        Or, se pose la question de la fiabilité que l’on peut accorder aux échantillons restreints étudiés. De plus, l’analyse discursive privilégie, comme son nom l’indique, le discours, négligeant souvent ce qui l’accompagne, à savoir la dimension visuelle, non verbale et affective du populisme (Moffitt 2017 : 22) – même si de plus en plus de linguistes et de psycholinguistes commencent à combiner dans leurs travaux analyses verbales, paraverbales et non verbales.

 

  • … une logique politique

        Penser le populisme comme une logique politique est, semble-t-il, la tentative théorique la plus répandue à ce jour. Elle suggère que le populisme ne doit pas être vu comme une menace pour la démocratie parce que, précisément, il incarnerait la logique même de la politique. Selon Ernesto Laclau (Laclau 2005), lorsque plusieurs demandes populaires demeurent insatisfaites, celles-ci s’agglomèrent et forment une chaîne d’équivalences, pour constituer une force d’opposition au système. De là viennent les antagonismes entre “nous” et “eux”, le peuple et l’élite, les outsiders et le système établi.

        Par ailleurs, d’après Laclau, le populiste parle non pas au nom d’un peuple déjà existant mais au nom d’un peuple né par le processus du naming, c’est-à-dire de la désignation, ainsi que de la performance et de la représentation.

        Si nombre d’auteurs ont tenté d’adapter cette théorie, à l’instar de l’ensemble des contributeurs de l’ouvrage dirigé par Francisco Panizza (Panizza 2005), d’autres comme Moffitt estiment qu’elle est trop large pour être appliquée empiriquement.

 

Plus récemment, le populisme commence également à être lu par le prisme du style, mais nous reviendrons sur ce point qui mérite d’être approfondi.

 

  1. 2 Une notion universelle ?

        Depuis sa naissance officielle au XIXe siècle, le populisme s’est diversifié ; il existe aujourd’hui des populismes nationaux voire régionaux aux quatre coins du globe. Face à l’ampleur du phénomène, depuis les années 2000-2010 on ne compte plus le nombre de publications consacrées au populisme, en France, en Europe et en Amérique latine, où les courants populistes ont remporté des succès électoraux non négligeables, jusqu’à parfois obtenir le mandat suprême à la tête de l’État.

        Aussi, le monde scientifique s’emballe. Politologues, sociologues, linguistes, philosophes, mais aussi responsables politiques et journalistes… la poussée spectaculaire du populisme n’a échappé à personne, si bien que la notion tout comme le phénomène politique, électoral, semblent se banaliser. Chacun estime avoir dressé une définition officielle du populisme. En réalité, aucune des définitions proposées ne se rejoint complètement, ce qui témoigne de la diversité des regards sur le populisme.

        Au-delà de la variété des prismes de lecture du populisme (en tant que mouvement, discours, idéologie, logique et style), et de la diversité des populismes selon leur pays d’origine, ce qui semble à peu près certain, c’est que tous les auteurs s’accordent sur les traits suivants : le populisme renvoie à tout politique et toute politique qui visent à défendre le peuple, en tant que corps constitué homogène et uni, inscrit dans un antagonisme jugé indépassable avec l’ “élite”, et à lui redonner sa souveraineté pleine et entière, en lui proposant des solutions immédiates et simples, dans un temps court (Mudde 2004, Laclau 2005, Taguieff 1997, Canovan 2005, Moffitt 2017). Telle pourrait être une définition minimale générale, qui, nous le pensons, n’est pas sans incidence sur les différentes formes d’expression du populisme, notamment visuelle et médiatique, comme nous allons le voir.

 

2. Un contexte favorable au développement du populisme contemporain

 

Le succès du populisme tient surtout au contexte actuel – crise de la représentation et peopolisation en lien avec la médiatisation –, indispensable pour comprendre ce phénomène et l’étudier par la suite de manière approfondie par le prisme du style et de l’esthétique.

 

2.1 La crise de la représentation

 

La représentation permet de mesurer l’importance du style, des affects, symboles et mythes à l’œuvre dans la relation entre le peuple et ses élus.

 

  • La représentation : un seul mot, un maillage de significations

        Selon une définition minimale, représenter consiste à “re-présenter”, c’est-à-dire à “rendre présent ce qui est absent” (Marin 1988). Appliqué au contexte politique, ce qui est “absent”, c’est le pouvoir politique, comme l’explique Louis Marin dans ses analyses de portraits royaux de Louis XIV (Marin 1981). Il démontre que la représentation est la condition même de l’existence, de la “présence” et de la manifestation du pouvoir : le pouvoir, pour montrer son existence et s’imposer comme tel, a besoin de la représentation, c’est-à-dire de “signes de la force qui n’ont besoin que d’être vus pour que la force soit crue” (Marin 1981 : 11).

        La représentation est donc étroitement liée à la perception visuelle ; elle rend plus concrète l’idée de peuple, du type de peuple dont il est question – la notion de “peuple” étant, dans l’absolu, très floue et contingente selon les sensibilités politiques (Canovan 2005) – et la présence du pouvoir qui s’incarne physiquement en un leader. On comprend aisément l’importance que revêtent la mise en scène et la mise en spectacle, la performance, et la question de l’image et du style au sein d’une représentation, qu’elle soit picturale, théâtrale ou photographique (dans les portraits politiques officiels ou les affiches électorales par exemple).

        Un autre point important est le double niveau contenu dans le terme même : “re-présenter” est une opération éminemment symbolique puisqu’il s’agit de “se présenter représentant quelque chose” (Marin 1981) et en l’occurrence ici, de représenter le pouvoir par un substitut de ce pouvoir (Arditi 2005 : 81, 82). Si l’on prend l’exemple du portrait officiel d’un chef de l’État en France, comme c’est de coutume dans la Ve République, la photographie ne donne pas tant à voir le portrait d’un individu mais bien l’incarnation de la République à travers cet individu qui possède les attributs du pouvoir et est donc tout sauf ordinaire : son apparence physique a peut-être été idéalisée ou retouchée afin qu’il soit vu non pas pour ce qu’il est réellement en tant qu’individu lambda mais bien comme le chef de l’État. C’est pourquoi, la représentation n’est jamais une imitation parfaite de la réalité, elle donne à en voir certains aspects, de manière plus ou moins fidèle (Ankersmit 2003). Ce n’est pas la conformité à la réalité qui importe mais bien le caractère authentique et crédible de cette représentation, qui déterminera son efficacité éventuelle auprès du peuple, au moment de sa réception.

        C’est ainsi que, d’après Frank Ankersmit (2003), la représentation, plus particulièrement à notre époque contemporaine très médiatisée, constitue un paradoxe et contribue au caractère “bidimensionnel” (Ostiguy 2017) de l’espace politique : si les représentants politiques bénéficient des effets de la peopolisation et du poids des médias pour renforcer le sentiment de proximité avec le peuple et donner à la politique un visage plus attractif, la représentation creuse néanmoins toujours un fossé entre le représentant et le représenté, entretenant un rapport vertical inégal. Ankersmit parle même de “fossé esthétique inévitable qui ne peut être complètement comblé entre ceux qui sont représentés et ceux qui disent les représenter” (notre traduction, Ankersmit, cité par Moffitt 2017 : 98).

        Il n’y a donc jamais de relation d’identité entre le représentant et le représenté, y compris au sein des populistes qui pourtant proclament faire partie du peuple et ne faire qu’un avec lui : “un représentant ou porte-parole est toujours distinct des personnes représentées ; il prend la place (et réduit au silence la voix) du représenté [car il s’exprime en son nom NDRL] et lui sert d’intermédiaire afin de rendre compte de ses points de vue et préoccupations. […] ce n’est qu’à travers la distance que le représentant peut représenter” (notre traduction, Pels : 59). Car si le leader, à la fois représentant et médiateur du peuple, établit un lien avec ce dernier en affichant une certaine proximité avec lui (l’image du leader ordinaire, “comme tout le monde”, sensible aux préoccupations du “vrai peuple”…), il s’en distingue dans le même temps pour symboliser la présence du pouvoir. C’est ce que Dick Pels appelle la “familiarité-à-distance” (idem). De plus, un rapport direct et sans intermédiaire entre le leader et le peuple est impossible (même si c’est ce qu’ambitionnent officiellement les populistes), ne serait-ce que parce que tous les politiques, y compris les populistes, ont besoin des médias pour rendre visibles leurs idées et se faire connaître.

        On retrouve ce double niveau paradoxal de la représentation dans le fait que, selon Luca Acquarelli, “le mot ‘présence’ [contenu dans la ‘représentation’] renvoie à la transposition du modèle eucharistique au modèle politique”, ce qui n’est pas non plus sans rappeler, comme il le souligne, la théorie des “deux corps du roi” élaborée par Ernst Kantorowicz. D’après cette dernière, entreraient en cohabitation deux types de corps : un corps dans lequel s’incarne le pouvoir politique qui ne meurt jamais et se transmet de souverain en souverain, et un corps terrestre mortel correspondant au roi en tant qu’individu défunt (Kantorowicz 1957).

 

  • Pour une théorie esthétique de la représentation

        Si l’on porte attention à l’évolution de la réflexion sur la représentation en tant que concept, on dénombre au moins deux grandes conceptions : la tradition anglo-saxonne pense la représentation essentiellement en lien avec un mandat électif, tandis que la théorie politique allemande l’associe plutôt à la notion d’ “incarnation de l’unité politique dans la personne du ou des représentants, et [de] leur mise en scène devant le public des représentés” (Hayat, Sintomer 2013 : 10).

        En prenant en compte ces deux traditions – mandat électif d’un côté, incarnation et mise en scène de l’autre –, la représentation constitue un concept central et transversal dans notre réflexion, puisque, prise dans sa double acception, elle permet de faire le lien entre la délégation politique et l’esthétique (représentation iconographique, pendant longtemps de nature picturale).

        Or, précisément, si l’on observe une audience considérable du populisme aujourd’hui, c’est notamment parce qu’il soulève un problème épineux : celui des modalités de représentation politique. Si les populistes prétendent être les seuls à incarner le peuple, c’est bien parce que sont ressentis dans l’opinion publique, à travers les taux d’abstention et le désintérêt croissant pour les affaires politiques, une distance trop forte entre les citoyens et leurs élus et un sentiment d’incompréhension.

        La question de la représentation au sens politique semble donc être un premier facteur explicatif du succès des populismes, du fait de la crise actuelle et de son rôle central dans la théorie politique, sur le contrat social et la démocratie.

 

2.2 Le rôle des médias et de la peopolisation dans la communication politique et le renouveau du populisme

 

        La problématique de la représentation, qui interroge le cœur même de la politique et singulièrement du populisme, joue donc un rôle non négligeable dans les rapports entre les médias et la communication politique à l’époque contemporaine.

        En effet, c’est en s’appuyant sur des supports médiatiques que la représentation peut jouer pleinement son rôle, à savoir “rendre présent” (Arditi 2005 : 82) et visibles trois instances : le pouvoir politique, le peuple (ou une certaine idée du peuple…) et le leader (préférablement charismatique) populiste. Dans cette triade, le leader fait office à la fois de représentant du peuple en s’adressant à lui, afin de montrer qu’il le reconnaît et le considère – c’est le procédé du naming (Laclau 2005) –, il l’incarne – c’est le sens de la représentation-incarnation (Hayat, Sintomer 2013) – et enfin il est le médiateur du peuple. Qu’il s’agisse de supports médiatiques per se (télévision, internet, affiches…) ou du leader qui sert d’interface avec le peuple, on constate que les intermédiaires sont incontournables pour représenter le peuple.

        Dans l’ouvrage collectif dirigé par John Corner et Dick Pels, les auteurs se proposent de réhabiliter la place de la culture et de la médiatisation dans le champ politique, trop peu étudiées d’après eux. Ils mesurent l’importance du lien de plus en plus étroit qui s’établit entre les médias, “la communication politique” et “la culture politique” (Corner, Pels 2003 : 3). “Le présupposé est que les médias sont des agents nécessaires dans la pratique de la démocratie moderne, populaire” (notre traduction, idem) et du populisme, pourrait-on ajouter. Qu’il s’agisse de “médias politisés” ou à l’inverse de “politique médiatisée” (ibidem), dans un sens comme dans l’autre, le lien entre médias et politique est avéré depuis longtemps. Mais ce qui change aujourd’hui, c’est l’intensification des moyens de communication et de représentation qui modifie profondément les manières de faire de la politique, et rend compte de l’existence d’un “style politique” (ibidem).

        Ainsi, le second facteur conjoncturel crucial pour comprendre l’épanouissement des populismes contemporains n’est autre que l’extension du poids des médias et leur diversification (plateformes numériques). Christina Holtz-Bacha considère que les médias de masse ont une incidence sur les “contenus et le processus de représentation” et que “le style et la performance servent la construction du sens, réduisant [sans pour autant abolir comme nous l’avons vu NDRL] la frontière entre représentants et représentés plus facilement que

[ne le ferait]

l’idéologie” (notre traduction, Holz-Bacha 2015). Cet aspect comporte plusieurs implications : la production en masse des images et leur obsolescence accélérée, la montée en puissance et la généralisation du phénomène de la peopolisation dans la vie politique…

D’ailleurs, dans son ouvrage Mythologie de la peopolisation (Dakhlia 2010), Jamil Dakhlia fait clairement le lien entre peopolisation, dérive populiste et représentation politique. La peopolisation est symptomatique du fossé qui se creuse entre le peuple et les élus depuis le début des années 2000 (Dakhlia 2010, 2015) – ce qui, pour rappel, corrobore l’idée d’un “fossé esthétique” provoqué par le processus de la représentation (Ankersmit 2003). Elle occupe désormais une place de choix.

En effet, depuis les années 1960, avec une intensification et une généralisation du phénomène dès les années 1990, les professionnels de la politique s’inspirent des techniques du show-business et de l’influence sociale des stars. À cela s’ajoute une multiplication des moyens de diffusion (le poids de la télévision et de l’internet en tête) pour modifier leur style, leur image personnelle et renforcer l’impression de proximité avec ceux qu’ils représentent.

Les deux facteurs explicatifs les plus saillants de l’expansion du populisme – crise de la représentation politique d’un côté, influence des médias, de la peopolisation et de l’image de l’autre – peuvent se superposer aux deux acceptions données du concept de représentation, à la fois en tant que mandat électif et incarnation/mise en scène visuelle.

 

  • Des tentatives de renouvellement de l’approche sur le populisme : vers une (nouvelle ?) esthétique populiste

Ainsi, c’est à travers la représentation et un cadre médiatique propice et de culte de la célébrité et du consumérisme, et en France avec la présidentialisation qui donne la primauté au pouvoir exécutif et à son représentant (d’où une personnalisation), que peut se développer le style en politique. Si celui-ci est inhérent à toute communication politique et en tout temps, il a toutefois été assez peu étudié jusqu’à présent dans le champ académique, bien qu’il joue un rôle prépondérant dans la communication politique populiste.

Le style est le prisme le plus récent utilisé pour mieux comprendre le populisme contemporain.

 

3.1 Du style populiste…

 

  • Le rôle du style dans la politique en général

Nombre d’auteurs ont démontré que le culte de la célébrité, la peopolisation, et un contexte de médiatisation accrue conduisent à une “stylisation” de la politique (Corner, Pels 2003, Dakhlia 2010, 2015, Marshall 1997).

Pourtant, on a longtemps pensé que le style était accessoire : Platon et ses disciples se montraient très hostiles vis-à-vis des images, les voyant comme de vulgaires simulacres, de pâles imitations voire déformations de la réalité ; l’histoire a d’ailleurs connu de nombreux épisodes d’iconoclasmes. De plus, la chose publique, depuis au moins le XVIIIe siècle des Lumières, est conçue comme devant être conduite par des êtres rationnels, dépassionnés – c’est le sens du contrat social de Rousseau ou encore de l’espace public vu par Habermas – qui laissent de côté le domaine des affects et des émotions.

Or, précisément, comme souligné précédemment, le culte de la célébrité et le soin accordé à l’apparence et à l’image en politique, couplée à une crise de la représentation et à un déficit de confiance envers les représentants politiques, témoignent des demandes populaires de réduire la distance entre le peuple et ses élus et ainsi de laisser s’exprimer une politique plus émotionnelle, relationnelle et intuitive (“emotional democracy”, selon l’expression de van Stokkom repris par Pels 2003 : 58), moins technocratique et “rationnelle”. La recherche actuelle en communication offre d’ailleurs une toute nouvelle place à la psychologie politique (Dorna 1999, 2006), discipline récente qui s’intéresse précisément aux émotions en politique, aux processus identificatoires et à la place du leader et du charisme en politique : “le domaine personnel devrait devenir à nouveau politique” (Samuels repris par Pels 2003 : 50).

Le style est affaire de goût, de jugement subjectif, au point d’évaluer le leader politique pour ce qu’il est plus que pour ses idées, ce qui n’a rien de surprenant puisqu’ aujourd’hui, l’intérêt du public pour l’infotainment politique “est favorisé par de nouvelles formes d’expression visuelle et émotionnelle, qui permettent aux audiences de ‘lire’ les personnages politiques et d’avoir un aperçu de leur style, afin d’évaluer plus efficacement leur prétention à l’authenticité et leur compétence” (notre traduction, Pels 2003 : 7). En ce sens, Ankersmit en convient, “la notion de style est non scientifique et ‘superficielle’ au sens propre de ce mot mais c’est précisément la raison pour laquelle on en a tant besoin : parce que dans nos relations avec les autres ce qui importe c’est ce qui se passe entre nous, ce qu’il y a à la surface du comportement de l’autre, si l’on peut dire” (notre traduction, Ankersmit, cité par Pels 2003).

Le style est utile pour plusieurs raisons : il permet aux “profanes” ou à ceux qui n’ont pas le temps de s’intéresser à la politique de mieux la saisir, de la rendre accessible (avec toutefois des dérives : la simplification, l’appauvrissement du débat, Moffitt 2017 : 78) ; et il contribue véritablement au contenu, à l’idéologie politique. Dans certains cas, même, il la supplante, eu égard au déclin des idéologies depuis la chute du bloc soviétique et les triangulations et coalitions entre les partis – si bien qu’il serait peu fécond de séparer le style de l’idéologie (pour le dire vulgairement, la “forme” du “fond”) dans des analyses iconographiques et/ou discursives. Enfin, il est au fondement même de la représentation et de la médiatisation : c’est par la médiatisation et la représentation que le style peut advenir. Dit autrement, le contexte actuel de forte demande d’une meilleure représentation et de forte médiatisation conduit au renforcement du rôle joué par le style et à un phénomène d’esthétisation de la politique.

Aussi, compte tenu de la régression de la place des corps intermédiaires pour pallier le manque de représentation entre les citoyens et leurs élus, convoquer la question du style est devenu incontournable. Il se traduit par l’adoption de plusieurs procédés comme : la sollicitation accrue des médias, et notamment de médias alternatifs (internet) ; l’appel aux affects ; ou encore la construction de personnages pour faciliter l’identification personnelle, en s’appuyant sur l’édification de mythes, le style des leaders et des images marquantes car celles-ci semblent, par leur apparente facilité de lecture, constituer un moyen plus direct, simple et immédiat pour représenter et communiquer avec le peuple.

Le style est donc complexe car il renvoie à plusieurs éléments : pour Dick Pels, “le ’style’ se réfère à un ensemble homogène de manières de parler, d’agir, de paraître, de s’afficher et de manœuvrer les choses, qui se fondent en un tout symbolique qui combine le sujet et la manière, le message et sa mise en forme, l’argument et le rituel. Il en résulte une rhétorique politique, de la posture et de l’instinct, l’expression des sentiments et des techniques en termes de présentation (comme les gestes ou les codes vestimentaires)” (notre traduction, Pels : 45)

De manière générale, on peut définir le style en communication politique comme un ensemble d’outils et de codes visuels et symboliques au service de la mise en scène, du représentant politique et/ou du parti considéré. Ces codes peuvent se matérialiser sous forme de motifs et thèmes récurrents à l’origine des topoï, ces stéréotypes facilitateurs d’identification et de reconnaissance visuelle et idéologique. Tous ces aspects contribuent à l’édification de la symbolique des partis populistes et révèlent leurs stratégies de communication.

 

  • La prise en compte du style dans les études sur le populisme

Les ouvrages généraux sur le populisme s’intéressent à l’histoire de la notion, dressent un panorama des populismes en France et dans le monde (Hermet 2001), et s’interrogent sur la manière de concevoir le peuple. La question du style et de la représentation visuelle y est abordée de manière accidentelle, c’est-à-dire qu’elle n’en constitue pas l’objet central.

Ainsi, Worsley (Worsley 1969) qualifiait déjà en 1969 le populisme d’ “emphasis” (“emphase” littéralement), un trait saillant de la culture politique. Quant à Margaret Canovan, le lien entre populisme et style est pour elle une évidence, le style constituerait même le point commun entre les différentes personnalités populistes. En 2005, dans The People (Canovan 2005), elle évoque l’importance des mythes, et dans un article de 1999 la tension fondatrice pour le populisme entre figure “rédemptrice” et figure “pragmatique” de la démocratie, qui implique un style populiste “tabloid”, inspiré par le style de la presse people sensationnaliste, simple et immédiat, à destination des personnes ordinaires, sans médiation et non institutionnalisé (Canovan 1999).

Enfin, Hans Georg-Betz, dans son étude sur la droite populiste en Europe, estime que le populisme “représente par essence un ‘style rhétorique politique conçu pour mobiliser les gens ordinaires en tant que force politique contre ‘la structure établie du pouvoir et les idées et valeurs dominantes de la société’”, qu’il fait “appel aux ressentiments populaires”, et que “les partis populistes de la droite radicale attirent souvent les électeurs à cause de leur style non conventionnel”. Mais il ne donne pas plus de précisions sur ce qu’il appelle le “style”. (Georg-Betz 2004 : 44-46).

 

  • Des démarches empiriques novatrices…

Dans leurs travaux respectifs, Alexandre Dézé (Dézé 2007) et Zvonimir Novak (Novak 2011) insistent sur l’importance de la production graphique de l’extrême droite en France, et notamment du Front national, qui se singularise de ses concurrents par la créativité de ses affiches.

Erwan Lecœur (Lecœur 2003) indique pour sa part que le FN dispose d’ateliers de propagande pour réfléchir aux différents supports – visuels et autres – de communication à solliciter. Le parti utilise ainsi des moyens très variés et obéit à une charte graphique précise.

Mais il s’agit là d’analyses limitées au FN en tant que parti d’extrême droite, qui ne donnent pas de clés d’interprétation générales, susceptibles d’être valables pour d’autres partis populistes ; le terme “populisme” est d’ailleurs très peu employé. Néanmoins, ces contributions témoignent de l’attention particulière accordée à l’image et à la représentation visuelle. L’idée n’est pas de dire que les autres partis négligent leur communication visuelle mais de montrer que les partis dits populistes investissent cette dimension de façon notable. S’ils se distinguent par leur idéologie radicale, ils se distinguent aussi par l’esthétique “radicale” – qui reste à définir – qu’ils adoptent, les deux allant de pair.

Même s’il ne théorise pas véritablement la notion, Pierre-André Taguieff va plus loin dans le décryptage du “style” populiste. Il souligne que le populisme ne se réfère pas à un type de régime ou à un discours idéologique mais à un style politique applicable à divers cadres idéologiques. Ce style se caractérise par un recours aux émotions exacerbées et au peuple. Dans son article sur la rhétorique du Front national, il s’appuie sur la psychologie des foules et les méthodes de propagande pour décortiquer les techniques utilisées par le parti (Taguieff 1984). Parmi les “règles de persuasion”, pour reprendre ses mots, il cite la promotion de thèses simples, l’emploi fréquent de l’euphémisme, de l’hyperbole, ou encore de lieux communs (topoï)… Autant d’éléments qui se retrouvent dans la communication globale du FN, entre autres dans sa production graphique. Néanmoins, Taguieff ne définit pas ce qu’il entend par “style”, lui préférant plutôt le terme de “rhétorique”.

En écho au “télépopulisme” (Taguieff 2002), que Taguieff utilise notamment pour décrire l’impact des médias sur la communication du parti frontiste, Éric Pedon et Jacques Walter, qui ont étudié l’argumentation des documents électoraux iconographiques et textuels du Front national (Pedon, Walter 1999), proposent le néologisme “photopopulisme”, qui n’est pas non plus sans rappeler l’expression utilisée par Margaret Canovan, “tabloid style”. Ces qualifications indiquent bien la nécessaire adaptation de la communication populiste aux formats médiatiques actuels, qu’il s’agisse de la télévision, des supports imprimés ou, plus récemment, des réseaux sociaux numériques.

 

  • … Et des tentatives de théorisation du style populiste

 

Walgrave et Jagers entreprennent véritablement de conceptualiser l’idée de “style populiste” afin de clarifier la définition du populisme. Selon eux, “le populisme se caractérise principalement par un style de communication politique des acteurs politiques spécifique qui renvoie au peuple. Ce style se traduit essentiellement par une proximité avec le peuple, tout en adoptant une position anti-establishment” (notre traduction, Jagers, Walgrave 2007 : 321). Leur étude des interventions télévisées des partis belges sur la période 1999-2001 s’appuie sur une méthode quantitative qui mesure le degré d’intensité du populisme (nombre de références au peuple, à l’anti-establishment, et ciblage sur des catégories de population spécifiques). Les résultats élevés qui ressortent des graphiques concernant le parti d’extrême droite Vlaams Blok tendent à prouver la dimension éminemment populiste de ce dernier.

Paris Aslanidis (Aslanidis 2016) propose de son côté de réfuter l’idée que le populisme serait une idéologie. Il utilise la notion goffmanienne de “cadres” pour établir ce qu’il appelle les “cadres discursifs” dans la perspective de ses analyses textuelles.

Mais chez Walgrave et Jagers comme chez Aslanidis, il s’agit d’approches discursives fondées sur des méthodes quantitatives qui négligent quelque peu l’analyse qualitative et proposent une conceptualisation qui nous semble incomplète ou trop restreinte.

 

3.2 … À l’esthétique populiste

 

En philosophie, l’esthétique c’est la science du sensible et par extension du beau. Souvent classée du côté des émotions et des sensations, elle fut longtemps opposée à la logique et à la raison, de même que, comme nous l’avons vu, la politique a souvent été vue à tort comme le domaine exclusivement réservé à la raison. Or, séparer esthétique et politique, émotion et raison, iconographie et idéologie etc. est contre-productif dans la compréhension de phénomènes politiques contemporains tels que le populisme qui ne peut s’appréhender que selon une approche multifactorielle ne négligeant ni la raison, ni les émotions…

 

  • Les précurseurs

Dans un contexte de montée des totalitarismes, de la culture populaire et des médias de masse, Max Horkheimer, et plus particulièrement Walter Benjamin, avaient déjà développé l’idée d’un processus d’esthétisation de la politique. Celui-ci se manifesterait à travers la valeur culturelle et cultuelle (importance de la dimension religieuse) des œuvres d’art fascistes du début du XXe siècle (Acquarelli 2015 : 69) et l’expression grandiose (“a grandiose expression claim”) qui caractérisait ces dernières (Corner, Pels 2003 : 9). À la même époque, dans les années 1920, le réalisme-socialiste soviétique et le futurisme italien se sont développés en lien étroit avec les régimes totalitaires qui se mettaient en place. Mussolini lui-même était persuadé de la mission éminemment politique qui incombait à l’art et il aurait affirmé : “Le fait que la politique soit un art ne fait aucun doute” et “la démocratie a privé de ‘style’ les peuples dans leur vie. Le fascisme redonne du ‘style’ dans la vie du peuple” (cité par Pels : 93).

Hariman qualifie lui aussi la politique d’un art, d’une techne : “dans la mesure où la politique est un art, les questions de style doivent y jouer un rôle crucial” (Hariman 2009 : 6). Cette idée est corroborée par Ankersmit qui établit une analogie entre l’expérience politique et l’expérience artistique en montrant que “l’on peut apprécier les éléments stylistiques [plastiques pourrait-on dire ici] d’une peinture par exemple, sans nécessairement en connaître les aspects techniques” (cité par Moffitt 2017 : 35, 36), ce qui est aussi le cas, ajoute-t-il, en politique où l’on peut évaluer un leader politique, éprouver un lien affectif avec lui sans avoir de connaissances politiques très poussées. D’ailleurs, “dans la conception romantique, la politique n’est pas une science mais un art, et la représentation politique suit une logique esthétique plutôt que rationnelle” (notre traduction, Moffitt 2017 : 8). On retrouve ce rapprochement entre l’art et la politique chez plusieurs auteurs, comme David Hesmondhalgh qui qualifie même les responsables politiques de “créateurs symboliques” (cité par Street 2013 : 93).

 

3.3 L’esthétique populiste : des clés de lecture pour l’étudier

 

Le populisme dans sa dimension esthétique et médiatique a été peu étudié, parfois négligé au profit d’autres approches concurrentes plus “classiques” qui défendent une vision restrictive du populisme (vu comme idéologie, mouvement, discours, ou logique, comme souligné précédemment).

Partant, on se propose d’explorer cet angle mort du populisme en privilégiant une approche stylistique, et plus précisément esthétique, tout en resituant le concept dans un contexte plus englobant. En effet, bien que l’on prenne le parti d’étudier le populisme en tant qu’esthétique et outil de communication politique, nous ne nions pas pour autant les aspects idéologique et discursif du populisme, et considérons même que l’analyse serait incomplète sans leur prise en compte.

 

  • Les apports théoriques de l’esthétique au populisme

S’appuyant sur Corner, Pels, Hariman et Ankersmit (2003, 1995, 2002), Benjamin Moffitt invite à repenser complètement le populisme contemporain, en prenant en considération sa dimension performative et l’environnement médiatique dans lequel il s’inscrit, qui détermine pour une bonne part ses manifestations visuelles : “Comment la médiatisation accrue de la politique a-t-elle nourri le populisme ? De quelle manière les acteurs se réfèrent-ils à ou utilisent-ils différents aspects des médias [internet et les réseaux sociaux] pour toucher ‘le peuple’ ?” (Moffitt 2017 : 3), se demande-t-il à juste titre. Moffitt est, semble-t-il, le seul à proposer une théorisation assumée qui fait la synthèse des travaux antérieurs, et aborde clairement le style populiste en tant qu’objet d’étude à part entière.

Néanmoins, eu égard à ces productions intellectuelles sur la théorisation du style politique populiste, on constate que la notion de style est vague et polysémique, utilisée pour désigner des aspects différents du politique, souvent assimilée à un discours ou à une rhétorique, et affiliée à des approches disciplinaires variées (linguistique, philosophie politique, communication politique etc.). On privilégiera donc le terme d’“esthétique”, plus adapté selon nous pour traiter de la dimension visuelle du populisme et de ses implications.

Parler d’esthétique permet en outre d’éviter plusieurs écueils liés à la définition même du concept de populisme car notre préoccupation n’est pas de résoudre le problème du statut du populisme, à savoir s’il serait une idéologie, un mouvement, un discours ou encore une logique inhérente à la démocratie.

Adopter un regard normatif sur le populisme, en cherchant à classifier le personnel politique, est un autre écueil que l’esthétique permet de contourner puisqu’elle autorise d’émettre l’hypothèse de degrés de populisme. Moffitt a d’ailleurs proposé une approche graduelle reposant sur une échelle style populiste/style technocratique, suivant des critères bien définis.

Deux hypothèses peuvent dès lors être émises : d’une part l’existence d’une esthétique initiale, d’autre part la question de savoir si, depuis les années 2000, correspondant à la montée en puissance des courants populistes, cette esthétique a subi des transformations majeures au point de parler d’avènement d’une nouvelle esthétique, ou au contraire de légères variations sans que celles-ci ne modifient en profondeur ce qui fait l’essence de l’esthétique populiste. En d’autres termes, y a-t-il une esthétique initiale qui se serait adaptée à son époque (contexte politique, médiatique, avec l’apparition de nouveaux supports de communication) ou bien une esthétique complètement nouvelle qui lui aurait succédé ?

 

  • De la théorie à la pratique : des pistes pour étudier l’esthétique populiste empiriquement

 

Eu égard aux développements précédents – sur la définition minimale du populisme, le contexte de crise de la représentation, de médiatisation, de personnalisation et de peopolisationexacerbée, et la diversification des moyens d’expression et de communication politique –, on note que le populisme possède au moins six caractéristiques principales :

 

  • l’appel au peuple ;
  • une vision dichotomique de la société (le peuple opposé à l’élite) ;
  • un caractère anticonformiste, antisystème et disruptif – ce que Moffitt (2017 : 59) après Ostiguy (2017) appelle les “bad manners” ou “mauvaises manières” : ces dernières s’appuient sur le “sens commun”, sont politiquement incorrectes, s’accompagnent de propos frappants ou familiers, en d’autres termes s’inscrivent dans une “low” politique ordinaire, personnelle et spontanée, opposée à la “high” (Ostiguy 2017) politique rationnelle et technocratique ;
  • un rapport privilégié au leadership et à la représentation ;
  • un fort investissement médiatique, aussi bien du côté des médias traditionnels pourtant ouvertement rejetés par les populistes, que du côté des nouveaux médias qu’ils encensent pour leur caractère plus populaire, spontané et… “immédiat” ;
  • et une situation de crise, de menace et d’urgence qui donne lieu à la délivrance de messages alarmants voire dramatiques et qui permet de designer des bouc-émissaires et de simplifier les termes du débat (Taggart 2000 repris par Moffitt 2017 : 45).

Naturellement, chaque caractéristique ne peut être prise isolément car elle ne saurait être constitutive à elle seule du phénomène populiste.

Partant, on peut désormais confronter ces six caractéristiques à l’analyse de contenus iconographiques afin de vérifier leur teneur populiste et d’infirmer ou de confirmer notre hypothèse initiale sur l’existence d’une esthétique proprement populiste. L’exploration d’un large corpus diachronique, synchronique, comparé et pluri/intermédiatique (Jürgen Müller 2006) – affiches, interventions télévisées, réseaux sociaux numériques etc., en France et en Europe – et l’examen des interrelations entre ces différents supports médiatiques permettra à la fois de mieux saisir les traits constitutifs de l’esthétique populiste et d’en retracer l’évolution afin de déterminer s’il existe ou a existé une ou plusieurs esthétiques populistes.

Pour ce faire, nous proposons de nous appuyer non seulement sur des penseurs de la médiatisation, la peopolisation, la représentation, l’esthétisation de la politique et le style populiste (entre autres Dakhlia, Moffitt, Hariman, Ankersmit, Corner et Pels), mais aussi de fonder nos analyses sur des disciplines habituellement peu sollicitées dans le champ de la communication politique : la psycho-linguistique qui étudie notamment la communication non verbale, soit les gestes, les expressions faciales des émotions, la mise vestimentaire etc., et l’histoire de l’art qui s’appuie notamment sur l’iconologie, une méthode d’analyse des images qui vise à retracer la vie des signes, motifs, couleurs dans le temps et l’espace et à en dégager les significations en lien avec le contexte (Panofsky 1939). L’idée est d’adapter ces démarches à l’étude de contenus visuels proprement populistes et de comprendre comment iconographie et idéologie se conjuguent pour établir ce que l’on a appelé l’esthétique populiste.

 

Pour conclure…

 

Le contexte de crise de la représentation politique et de brouillage des frontières entre la culture de la célébrité et la politique, a imposé depuis plusieurs décennies maintenant d’introduire de nouvelles manières de se présenter et de représenter, en accordant une attention particulière au “style, à l’apparence, à la personnalité” (Corner, Pels 2003 : 2), à l’image du leader et du peuple et à la perception qui en est véhiculée.

Renouveler l’approche sur le populisme contemporain semble donc nécessaire. L’ambition n’est pas d’opposer les différentes conceptions ni de les mettre en concurrence. À ce titre, un même support visuel (par exemple une affiche électorale) combine contenu idéologique d’une part, et composante symbolique et iconographique d’autre part. Nous pensons que défendre de façon parfois dogmatique sa conception, son modèle, à l’exclusion de tous les autres ne permet pas une meilleure intelligibilité de la notion et la rend peut-être même plus insaisissable et floue.

Tout en conjuguant les différentes approches du populisme, il semble ainsi fructueux de développer l’aspect médiatique et surtout esthétique du populisme, peu étudié jusqu’à présent, et de travailler sur différentes formes d’expressions populistes, en s’appuyant sur des démarches issues de disciplines peu convoquées, notamment la psycho-linguistique, l’histoire de l’art et des représentations et l’iconographie politique.

Aucun modèle théorique n’a emporté tous les suffrages au sein du monde académique, ce qui prouve qu’il n’y a pas une seule manière d’appréhender le populisme. Ce travail et les différentes pistes que nous proposons permettront de révéler, nous l’espérons, toute la richesse et la complexité du populisme d’aujourd’hui, et plus généralement la puissance de l’esthétisation de la politique dans nos sociétés contemporaines.

 

Bibliographie

 

Ankersmit, Frank R. Political representation. Stanford : Stanford University Press, 2002

Aslanidis, Paris. “Is Populism an Ideology? A Refutation and a New Perspective”. Political Studies (vol. 64, pp. 88-104) 2016

Betz, Hans-Georg. La droite populiste en Europe. Extrême et démocrate ?. Paris : Autrement-CEVIPOF, 2004, pp. 44-46

Canovan, Margaret. Populism. New York : Harcourt Brace Jovanovich, 1981

Canovan, Margaret. “Trust the People! Populism and the Two Faces of Democracy”. Political Studies, 47 (1), pp. 2-16, 1999

Canovan, Margaret. The people. Cambridge, Malden (US) : Polity press, 2005

Corner, John, Pels, Dick. Media and the restyling of politics: consumerism, celebrity, cynicism. Londres : Sage Publ, 2003

Charaudeau, Patrick. Entre populisme et peopolisme. Comment Sarkozy a gagné !. Paris : Essai, 2008

Dakhlia, Jamil. Mythologie de la peopolisation. Paris : Le Cavalier bleu, 2010

Dakhlia, Jamil. Politique people. Rosny : Bréal, 2015

Dézé, Alexandre. Le Front national : à la conquête du pouvoir ?. Paris : A. Colin, 2012

Dézé, Alexandre. “L’image fixe en questions. Retour sur une enquête de réception du discours graphique du Front national” in Favre, Pierre, Fillieule, Olivier, Jobard, Fabien (dir.). L’atelier du politiste. Théories, actions, représentations. Paris : La Découverte, 2007

Dorna, Alexandre. Le Populisme. Paris : Que Sais-Je ?, 1999, P.U.F.

Dorna, Alexandre. Pour une psychologie politique française. Paris : In Press, 2006

Freeden, Michael. Ideologies and Political Theory: A Conceptual Approach. Oxford : Oxford University Press, 1996

Freeden, Michael. “Is Nationalism a Distinct Ideology?”. Political Studies, 46 (4), pp. 748-765, 1998

Hariman, Robert. Le pouvoir est une question de style. Rhétoriques du politique. Klincksieck, 1995, trad. 2009

Hayat, Samuel, Sintomer, Yves. “Repenser la représentation politique”. Raisons politiques, 2013/2, n° 50, p. 5-11

Hermet, Guy. Les populismes dans le monde : une histoire sociologique, XIXe-XXe siècle. Paris : Fayard, 2001

Holtz-Bacha, Christina. “Eva-Maria Lessinger, Minister, baron, young and smart, a case study of the rise and fall of a (pop) star”. In Dakhlia, Jamil. À la recherche des publics populaires. 1. Faire peuple. Nancy : Éditions universitaires de Lorraine, 2015, P.U.N.

Ionescu, Ghita, Gellner, Ernest (dir.). Populism: Its Meanings and National Characteristics. Londres : Weidenfeld and Nicolson, 1969

Jagers, J., Walgrave, S. “Populism as Political Communication Style: An Empirical Study of Political Parties’ Discourse in Belgium”. European Journal of Political Research, 46 (3), 2007

Kantorowicz, Ernst. Les Deux Corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Age. Paris : Gallimard, 1957, coll. NRF

Laclau, Ernesto. Politics and Ideology in Marxist Theory. Londres, New York : Verso, 2011

Laclau, Ernesto. La raison populiste. Paris : Seuil, 2005

Laclau, Ernesto. “Populism: What’s in a Name?”. In Panizza, Francisco. Populism and the Mirror of Democracy. Londres, New York : Verso, 2005

Lecœur, Erwan. Un néo-populisme à la française : trente ans de Front national. Paris : La Découverte, 2003

Marin, Louis. Le portrait du roi. Paris : Éditions de Minuit, 1981

Marin, Louis. “Le cadre de la représentation et quelques-unes de ses figures”. Cahiers du Musée national d’art moderne, 1988, n° 24, p. 62-81

Marshall, P. D. Celebrity and Power. Fame in Contemporary Culture. Minneapolis : University of Minnesota Press [1997] 2004

Moffitt, Benjamin. The Global Rise of Populism: Performance, Political Style, and Representation. Stanford : Stanford University Press, 2017    

Mudde, Cas. “The Populist Zeitgeist”. Government & Opposition (vol. 39), 2004, pp. 541-563

Müller,  Jürgen. “Vers l’intermédialité. Histoires, positions et options d’un axe de pertinence”. Médiamorphoses (16), pp. 99-110, 2006

Novak, Zvonimir. Tricolores : Une histoire visuelle de la droite et de l’extrême droite. Paris : L’Échappée, 2011

Ostiguy, Pierre. “Populism. A Socio-Cultural Approach”. In Rovira Kaltwasser, Cristóbal, Taggart, Paul, Ochoa Espejo, Paulina et Ostiguy, Pierre (dir.). The Oxford Handbook of Populism. Oxford : Oxford University Press, 2017

Panizza, Francisco (dir.). Populism and the mirror of democracy. Londres, New York : Verso, 2005

Panofsky, Erwin. Essai d’iconologie. Paris : Gallimard, 1939

Pedon, Éric et Walter, Jacques. “Photographies et argumentation dans les documents électoraux du Front national”. Mots, n°58, mars 1999, p. 35-55

Pitkin, Hanna Fenichel. The Concept of Representation. Berkeley, Los Angeles : University of California press, 1967

Ravaz, Bruno. “Le populisme de Berlusconi ou les recettes de la popularité durable”. Pouvoirs. 16 (1), pp. 1-26, 2009/4 (n°131)

Roxborough, Ian “Unity and Diversity in Latin American History”. Journal of Latin American Studies. 16 (1), pp. 1-26, 1984

Shils, Edward. The torment of secrecy: the background and consequences of American security policies. Chicago : Ivan R. Dee, 1956

Stanley, Ben. “The Thin Ideology of Populism”. Journal of Political Ideologies, vol. 13 (1), pp. 95-110, 2008

Taguieff, Pierre-André. “La rhétorique du national-populisme. Les règles élémentaires de la propagande xénophobe”. Mots, n°9, octobre 1984

Taguieff, Pierre-André “Le populisme et la science politique. Du mirage conceptuel aux vrais problèmes”. Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°56, octobre-décembre 1997, pp. 4-33

Taguieff, Pierre-André. L’illusion populiste. Paris : Éditions Berg International, 2002

Taguieff, Pierre-André. Le nouveau national-populisme. Paris : CNRS Éditions, 2012

Weyland, K. “Clarifying a Contested Concept: Populism in the Study of Latin American Politics”. Comparative Politics, 34 (1), pp. 1-22, 2001

Worsley, P. Politics on the edges of liberalism: difference, populism, revolution, agitation. Edimbourg : Edinburgh University Press, 1969, 2008

 

Morgane Belhadi est doctorante en Information-Communication à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Ses objets d’étude et ses publications portent sur : la représentation politique et visuelle à travers l’étude des affiches électorales en France ; l’esthétique populiste ; la communication non verbale en politique ; les rapports entre art et politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *